Dr Daniel Nérisson Dr Daniel Nérisson
Disjonction Acromio-Claviculaire

Disjonction Acromio-Claviculaire

Ligamentoplastie de WEAVER - DUNN

La rupture liée au traumatisme intéresse 2 groupes de ligaments qui unissent la clavicule à l’omoplate (Fig.1) :

  • Les ligaments acromio-claviculaires (autour de l’articulation) (Fig. 1)
  • Les ligaments coraco-claviculaires (Fig. 2)

Sous l’effet de la traction vers le haut liée à l’action des muscles du cou (muscle SCM), la clavicule reste plus ou moins luxée vers le haut : aspect en « touche de piano ». Le port de charge avec la main de ce côté accentue encore le déplacement.

La Ligamentoplastie (Fig. 3)

L’intervention chirurgicale est le seul traitement. La clavicule est remise en place et maintenue temporairement par une vis (bleue) ou autre moyen. « Fabrication » d’un nouveau ligament en détournant l’un d’eux resté intact et dont la fonction est accessoire.

Fig. 1 : ligaments acromio-claviculaires, en rouge zone de ruptures en cas de traumatisme
Fig. 1 : ligaments acromio-claviculaires, en rouge zone de ruptures en cas de traumatisme
Fig. 2.: dislocation de l'articulation par rupture des ligaments entre clavicule et omoplate
Fig. 2.: dislocation de l'articulation par rupture des ligaments entre clavicule et omoplate
Fig. 3: stabilisation de la clavicule grâce à une ligamentoplastie
Fig. 3: stabilisation de la clavicule grâce à une ligamentoplastie
Fig. 1 : ligaments acromio-claviculaires, en rouge zone de ruptures en cas de traumatisme
Fig. 2.: dislocation de l'articulation par rupture des ligaments entre clavicule et omoplate
Fig. 3: stabilisation de la clavicule grâce à une ligamentoplastie

Intérêt de l’intervention

Lors d’un traumatisme (en général un choc direct sur l’épaule), les ligaments reliant l’épaule à la clavicule sont arrachés. La clavicule demeure luxée au dessus de l’omoplate. Après un début douloureux, la situation peut se calmer mais cette luxation dite “acromio-claviculaire“ ne se réduit pas spontanément. Sans intervention, elle sera définitive. Hormis le problème esthétique, cette séquelle peut être responsable de gêne plus ou moins pénible et de fatigabilité lors de certaines activités sportives ou de la vie courante.

Le but de l’opération est de remettre la clavicule à sa place, de la stabiliser définitivement pour pouvoir retrouver un fonctionnement optimal de l’épaule et permettre la reprise des activités antérieures.

Résultat : plus de 95% des opérés ont une clavicule définitivement stable.

Les suites post opératoires

  • Le pansement chirurgical est laissé 10 jours et supporte la douche. Il est ôté par l’infirmière de ville au 10e jour.
  • Les consignes pour votre auto rééducation vous sont données par nos kinésithérapeutes après l’opération (J+1 et J+15). Des fiches informatives sont fournies. Le rééducation sera débutée après la fin du 2e mois, quand la vis (si vous en avez une) a été ôtée. Cette rééducation n’est pas systématique car la récupération est facile. Une radio est à faire avant votre départ de la clinique.
  • Mobilité et activités :
    • Utilisez votre bras mais prudemment durant le premier mois, en respectant l’espace de liberté autorisé (dessin).
    • L’attelle est surtout utilisée pour sortir ou pour les moments de fatigue.
    • Reprise du volant à la fin du 2e mois, plus aisée si épaule droite.
    • Reprise du travail courant du 3e mois, avant si poste sédentaire, 4e mois pour poste avec port de charges lourdes (>20 kg).
    • Sports sollicitant l’épaule : certains, comme la natation peuvent être repris dès le 2e mois, d’autres doivent inciter à la prudence, ils sont à discuter au cas par cas avec votre chirurgien. Tous sont possibles sans restriction au 6e mois.

Les risques et complications de la ligamentoplastie

Les risques énumérés ne constituent pas une liste exhaustive. Votre chirurgien reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

  • Raideur de l’épaule et réactions inflammatoires : ces manifestations sont liées à la survenue d’une algodystrophie, phénomène tout à fait exceptionnel après cette intervention. Sa survenue nécessite un traitement spécifique et rallonge la durée de la convalescence.
  • L’hématome : épanchement de sang en provenance de l’articulation opérée qui s’étend sous la peau. Parfois importants (surtout si vous prenez des médicaments fluidifiant le sang) mais inoffensifs la plupart du temps.
  • Une mauvaise cicatrisation du nouveau ligament : elle est en général liée à un arrachage du système de fixation tel que la vis faisant suite le plus souvent à un mouvement trop brutal. Plus cet incident se produit tôt après l’opération, plus le risque de voir la ligamentoplastie se distendre est grand. En cas de distension le nouveau ligament peut encore être fonctionnel mais la clavicule sera plus ou moins luxée. Un arrachage du nouveau ligament aboutit à un échec de l’opération.
  • Infection articulaire : le risque est ici exceptionnel. Cette complication nécessite un traitement antibiotique adapté et parfois une reprise chirurgicale pour lavage.
À retenir
  • Rencontrée fréquemment lors de chute en sport (vélo, judo…).
  • Les formes avec luxation complète (disjonction) gagnent à être opérées.
  • Immobilisation de 1 mois peu strict.
Secrétariat du Dr Daniel Nérisson
Accessible du lundi au vendredi de 7:30-12:00 et de 14:00-18:00 (17:00 vendredi).
Urgences épaule & coude
Prise en charge douleur aigüe de l'épaule avec ou sans traumatisme. URGENCES épaule ou coude : remplir le formulaire ci-dessous.
Service d'hospitalisation 3B Rhéna
Uniquement pour un problème post opératoire et si vous avez été hospitalisé dans ce service.
Alliance’Perf